Accueil > Actualité BTP : Le gros oeuvre en chantiers > La preuve par le chantier > SMAD L’Arbresle : on ne change pas une équipe qui gagne !


Actualités KP1

Le gros œuvre en chantiers

Présentation des innovations, points clés de la mise en œuvre des produits et systèmes constructifs, reportages sur des chantiers exemplaires : chantiers alliant la construction durable, l'optimisation de l'isolation avec une dimension architecturale et environnementale.

Découvrez l’actualité de KP1 en images et en sons !

SMAD L’Arbresle : on ne change pas une équipe qui gagne !

La preuve par le chantier

    le 05 mai 2016

La même équation mais un bâtiment 5 fois plus grand et un délai de 5 mois… les entreprises de maçonnerie Roux-Cabrero, Duron et Valentin se sont de nouveau appuyées sur KP1 Bâtiments pour réaliser la structure et les planchers de la nouvelle unité de la SMAD sur le site de l’Arbresle, près de Lyon. 


   

Les usines de fabrication sont des sites à très forte valeur ajoutée avec des process et des équipements de plus en plus complexes et des délais de construction toujours plus serrés. Jugez plutôt : premier poteaux en juillet 2015 pour une installation des premiers process début 2016.
D’où l’intérêt de mandater des entreprises ayant l’habitude de travailler ensemble et capable de gérer les ajustements demandés par la maîtrise d’ouvrage en phase chantier. “Le délai était tellement court que notre client ne disposait pas du choix définitif de certains équipements comme les groupes froids quand nous avons démarré, précise l’architecte maître d’œuvre Thierry Vidal de l’agence A&I(1), spécialisée dans les bâtiments industriels. Nous avons fait des ajustements et des modifications au fur et à mesure de la construction.”


Le meilleur de la précontrainte

Après un premier bâtiment, KP1 Bâtiments a ainsi réalisé le squelette et le plancher de cette nouvelle unité en sous-traitance du même groupement Gros-Œuvre. Une structure béton s’élevant sur trois niveaux : 8 700 m² en rez-de-chaussée, 7 800 m² à l’étage et encore 400 m² au-dessus. 


   

Une fois les VRD et les fondations effectuées, KP1 Bâtiments se lance dans la course avec deux équipes et deux grues automotrices pour permettre aux entreprises Valentin et Duron d’intervenir au plus vite, avant de basculer, ensuite, sur une seule équipe de 5 personnes. Côté système constructif, le choix se porte sur des solutions parfaitement maitrisées en performance/coût garantissant une forte productivité : longrines, poteaux de 15 m de haut en section 60 x 60 cm, poutres s’étalonnant de 6 à 10 m et planchers en dalles alvéolées d’épaisseur 20 et 24 cm. Les armatures sont optimisées dans le même esprit pour faciliter l’approvisionnement et la pose.


   

A ces produits, se rajoute l’utilisation de prémurs pour les parois des deux magasins - matières premières et produits finis - situées aux extrémités du bâtiment. Un choix constructif qui s’explique par leur rapidité de pose, leur capacité à assurer un coupe-feu 2 heures et leur qualité de finition. Pour limiter le nombre de poteaux et permettre leur encastrement entre leurs feuillures, les prémurs sont empilés horizontalement sur une hauteur de 10 m, soit 7 prémurs de dimensions 10 m de long et 2 m de large, isolés par l’extérieur. 


   

Jusqu’à 8 à 10 camions ont, ainsi, été mis en place quotidiennement à l’avancement, les seuls produits au sol le soir étant ceux complétant les remorques afin de minimiser les coûts de transport. La sécurité étant une priorité pour KP1 Bâtiments, l’ensemble des éléments ont été mis en œuvre par des compagnons équipés d’harnais et de stop-chute.


La recherche du maximum de rapidité d’exécution


Sur ce type de chantier, à priori classique, le défi permanent est celui de la technique et de la rapidité 
d’exécution. Car si KP1 Bâtiments pose tous les jours des poteaux, des poutres, des dalles alvéolées et des prémurs, améliorer le savoir-faire et les astuces “gain de temps” sont une priorité. “Nous apprenons tous les jours, reconnait Chrystel Cauet, le chef de travaux KP1 Bâtiments, et échangeons constamment notre expérience terrain avec notre bureau d’études. Par exemple, si les potelets en bords de façades étaient installés avec des étais tirants-repoussants, nous avons aujourd’hui généralisé un système d’accroche avec pattes d’ancrages prises sur la tête du poteau et la poutre de rive qui facilite le travail des compagnons. Nous avons également progressé au niveau des poteaux réceptionnant les grosses poutres porteuses. En plus des appuis néoprènes, des plaques d’étanchéité conçus par KP1 évitent que le béton sans retrait, coulé dans les fourreaux de brochage à l’about de poutre, passe en dessous et entraine des points durs pouvant provoquer, par la suite, des casses sur les têtes de poteaux.”


   


“Pour KP1 Bâtiments le bien travailler ensemble s’appuie sur une fidélité à des sous-traitants poseurs à fort savoir-faire comme ici l’entreprise SG Pose et Amar son chef de chantier, continue Chrystel Cauet. L’autre homme clé du chantier était clairement le grutier de l’entreprise Perenon, Luis, qui donne l’impulsion du chantier et apporte 30% de notre productivité en respectant les cadences de pose et la sécurité des hommes.”


   

Réussir la coordination

“Un chantier est toujours une aventure différente et le défi était ici de parvenir à une coordination parfaite avec les architectes, l’ingénierie et les lots techniques, conclue Chrystel Cauet. Il fallait tenir les plannings et prendre en compte, en cours de travaux, les évolutions du bâtiment comme la suppression de dalles dans certaines zones pour laisser la place à de nouveaux équipements ou encore la présence de tranchés, de remblaiement et de fosses. Ces modifications ont été gérées par des échanges entre l’agence A&I et les bureaux d’études de Valentin et Duron, mais aussi par des réunions de chantier hebdomadaire détaillant les actions et l’ordonnancement des opérations de chaque acteur. L’enjeu est de toujours trouver la solution intelligente pour que tout le monde puisse travailler sur ses ouvrages, car si on pose sans se soucier du collègue, le bâtiment ne se monte pas.”
Un avis partagé par Thierry Vidal. “La réussite tient à notre capacité commune à préparer le travail en amont. Si les acheteurs de notre maître d’ouvrage, Freesenius Medical Care, ont le souci des coûts, ils partagent notre stratégie de rechercher des entreprises souples, à l’écoute du client et capable de tourner à fond avec une prise de risque minimale. Notre connaissance partagée des bâtiments industriels a permis de gérer les problèmes. Tout le monde s’est bien entendu et c’est primordial  pour un chantier rapide comme celui-ci.”
Le gros-œuvre s’est terminé mi-novembre comme prévu et la livraison du bâtiment finalisé interviendra en mars-avril 2016.
(1) L’agence A&I est, notamment, l’auteur de deux ouvrages de références parus aux éditions du Moniteur : “L’anatomie des enveloppes” et “Traité de construction durable : principe et détails de construction”.



Fiche Technique
Site : Freesenius Medical Care
Maître d’ouvrage : FMC SMAD, l’Arbresle (69)
Maître d’œuvre : A&I, Houilles (78) spécialisé dans les bâtiments industriels 
Bureau de contrôle : Veritas, Dardilly (69)
Lot VRD, Terrassement et Génie Civil : 
Groupement Roux-Cabrero, Davezieux (07), Duron SA, Cours La Ville (69) et Valentin SA, Genas (69)
Eiffage, Savigny (69)
Crouzet Fils SAS, Nuelles (69)
KP1 Bâtiment, Givors (69)
SGC, Sainte Foy l’Argentière (69)
Soredal, Villefranche-sur-Saône (69)






Recherche