Construire votre maison : sécurité incendie

La prévention incendie vise en priorité à assurer la sécurité des personnes (occupants du logement, voisinage, sapeurs-pompiers). Elle s’attache également, grâce aux moyens d’extinction, à la sauvegarde des biens. La sécurité incendie est réalisée à travers des mesures portant sur la construction, les aménagements et les équipements techniques. Les principes directeurs en matière de sécurité incendie peuvent se résumer ainsi :
  • Éviter la naissance du feu dans le bâtiment
  • Limiter la propagation des flammes et des gaz de combustion
  • Assurer l’évacuation rapide des occupants

L’application de ces principes sécurité incendie conduit bien entendu à des mesures différenciées suivant l’importance et la destination des bâtiments. Les éléments de structure doivent répondre à des exigences en relation avec les deux derniers points.

TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES CLASSEMENTS “M” ET LES EUROCLASSES


(1) Le niveau de performance d1 est accepté uniquement pour les produits qui ne sont pas thermofusibles dans les conditions de l’essai.
(2) Le niveau de performance s1 dispense de fournir les informations prévues par l’arrêté du 4 novembre 1975 modifié portant réglementation de l’utilisation de certains matériaux et produits dans les établissements recevant du public et l’instruction du 1er décembre 1976 s’y rapportant.
(3) Admissible pour M1 si non substantiel.

RÉSISTANCE AU FEU

  • Résister mécaniquement (R)
  • S’opposer au passage des flammes et des fumées (E)
  • Limiter l’échauffement de la face non exposée : élévation de température inférieure en moyenne à 140°C et à 180°C en tous points (I).


Le béton, matériau constitutif des composants KP1, présente un excellent comportement en cas d’incendie. Du point de vue de la réaction au feu, le matériau est classé incombustible (classement M0). Dans le cas des planchers comportant des éléments d’isolation (ex : polystyrène), les dispositions constructives à respecter sont précisées dans le “Guide de l’isolation par l’intérieur des bâtiments d’habitation du point de vue des risques en cas d’incendie” (cahiers du CSTB de juin 2000). Le béton procure une protection efficace pour l’acier naturellement sensible aux élévations de température. Les critères de résistance mécanique (stabilité au feu et coupe-feu)
sont généralement justifiés sans protection complémentaire. Pour la valeur de tenue au feu demandée, la justification est réalisée par les bureaux d’études KP1 sur la base des règles de calcul FB (norme NF P 92-701). Lorsque nécessaire, les principes de vérification sont définis dans les Avis Techniques du procédé. Dans certains cas, les éléments sont protégés par des dispositifs appropriés (fibragglo, flocage, plâtre...). La résistance au feu du complexe est alors justifiée sur la base des procès-verbaux de résistance au feu ou par transposition à des épaisseurs équivalentes de béton. La mise en oeuvre du revêtement doit être réalisée suivant les spécifications du fournisseur.

CLASSEMENT DES HABITATIONS INDIVIDUELLES



EXIGENCES MINIMALES RÉGLEMENTAIRES POUR LES HABITATIONS INDIVIDUELLES


*Les parois de l’enveloppe des logements doivent être prolongées jusqu’à la couverture


PLANCHER POUTRELLES - ENTREVOUS


Estimation des degrés CF minimaux des montages de planchers avec entrevous en béton :
  • 1/2 heure dans le cas des entrevous porteurs ou de coffrage sans enduit plâtre en sous-face ;
  • 1h30 dans le cas des montages entrevous porteurs ou de coffrage et munis en sous-face d’un enduit plâtre d’au moins 13 mm
  • d’épaisseur.


• Pour les planchers avec entrevous EMS, se référer à notre avis technique.
• Pour les bâtiments d’habitation, les montages de systèmes (murs, planchers...) comportant des éléments en polystyrène doivent
respecter les exigences du “Guide de l’isolation thermique par l’intérieur des bâtiments d’habitation du point de vue des risques en
cas d’incendie (cahier CSTB N°3231-juin 2000)”.

Dans le domaine d’emploi visé, le plancher séparatif entre locaux habitables doit conserver, pendant une durée d’1/4 d’heure, sa
fonction d’étanchéité vis-à-vis des risques de dégagement de gaz toxiques vers les niveaux supérieurs. Pour assurer cette étanchéité,
les Isorupteurs ne doivent pas être en continuité avec les complexes de doublage ou directement exposés à l’ambiance du plénum.
(cf. Avis Technique des Isorupteurs).

ISORUPTEUR dB EI30 : SPÉCIAL LOGEMENTS COLLECTIFS DE 2ème FAMILLE



Domaine d’emploi

  • Isorupteur dB EI30 est une solution de rupteur de ponts thermiques pour les planchers intermédiaires à très haute performance. Il est compatible uniquement avec les entrevous Leader EMS.


Avantages et mise en oeuvre de l’Isorupteur dB EI30 :
  • Excellentes performances thermiques pour un ratio coût/performance remarquable.
  • Dossier d’Avis Technique en cours et PV d’essai feu (N° RS09-132).
  • Il doit être obligatoirement mis en oeuvre dans un plancher justifiant d’une classification REI30, indépendamment de la présence du rupteur.
  • Mise en oeuvre identique à celle de l’Isorupteur dB : voir fiche de préconisation de pose.



Quand utiliser l’Isorupteur dB EI30 ?

Isorupteur dB EI30 a été développé spécifiquement pour les chantiers de logements de 2ème famille où un classement de résistance au feu REI30 du plancher est requis. Outre la protection feu, l’Isorupteur dB EI30 assure un traitement du pont thermique d’étage très performant. Les montages possibles :


Traitement du pont thermique périphérique des planchers d’étage pour les logements de 2ème famille

Exemple d’utilisation :





Nos actualités Construire votre maison : sécurité incendie

Isorupteurs dB: les rupteurs thermiques à l’heure de l’acoustique !

Isorupteurs dB: les rupteurs thermiques à l’heure de l’acoustique !

RT 2012, BBC -Effinergie, Passiv Haus…toutes les réglementations et labels thermiques placent l’isolation des planchers au cœur de leur objectif.

KP1 a anticipé cette priorité cruciale dès 2002 avec le lancement des premiers rupteurs thermiques la gamme Isorupteur. Aujourd’hui, KP1 confirme son rôle de pionnier en ...