Reportage chantier
Top aktu
20/03/2017
Déconstruction, densification et bâtiments vertueux ouverts sur son quartier... le programme en cours de réalisation, dans une dent creuse rue Reuilly, est une belle illustration du Paris de demain. L’occasion pour Eiffage Construction de maximiser le duo Thermoprédalle®-Prémur KP1 et de tester un dispositif innovant visant à faciliter la pose des prémurs et des gardes corps.
 
 
 

A la place d’une maison de retraite et d’une chapelle situées sur une parcelle de 5 700 m² tout en profondeur au 75-79 rue Reuilly dans le 12ème arrondissement de Paris, s’élève désormais un programme très complet, imaginé par Paris Habitat dans le cadre du schéma “Bien vivre son âge à Paris”. Pas moins de 11 221 m² vont abriter un établissement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de 106 lits, une résidence de 34 studios (centre d’hébergement social), un foyer-logements de 28 studios, une crèche associative de 30 berceaux, un lieu de culte et une salle des reliques consacrée à la sœur Catherine Labouré, canonisée en 1947 par Pie XII. Le tout sur un niveau de sous-sol avec 17 places de stationnement et des espaces de stockage. Pour réaliser ces bâtiments mitoyens de 7 étages sur rue, dont deux en retrait, et de 5 étages sur cours, Eiffage Construction Habitat a clairement privilégié les éléments de précontrainte : des Thermoprédalles pour les planchers et des prémurs pour la façade sur rue, les murs mitoyens ou encore les cages d’ascenseurs et les escaliers. Une prescription dictée par des délais serrés (24 mois, démolition après désamiantage incluse), la difficulté d’approvisionnement et un chantier à faible nuisance environnementale exigeant une gestion drastique des nuisances sonores, des consommations d’eau et d’électricité et une valorisation des déchets.

 

Des prémurs fermés pour les mitoyens


Pour la façade sur rue de 36 m de haut, une solution en voiles traditionnelles aurait nécessité la mise en place de passerelles en façades qui auraient empêchées l’installation de la zone de livraison le long du trottoir, explique Clément Robillard, Conducteur de travaux Eiffage Construction. D’où l’intérêt des prémurs qui suppriment toute excroissance. Rien n’est saillant en façade et la liaison avec le mur mitoyen a, de plus, été facilitée par la livraison de prémurs aux côtés sur rue fermés par des abouts fibrés pour un remplissage béton sans aucun coffrage.

 

 

Le test d’une platine gain de temps

Le chantier a permis de tester un nouveau dispositif imaginé par Eiffage Construction pour la pose des prémurs et des garde-corps.


Nous avons réalisé, à leur demande, deux douilles en haut du voile extérieur des prémurs de la façade, afin de permettre la fixation de platines dessinées et réalisées sur mesure, précise Gilles Serpillon, chargé d’affaires KP1. Ces dernières dépassent de quelques centimètres pour servir de guide au prémur du dessus, ce qui assure un alignement et une verticalité parfaite. Leur deuxième intérêt est de faciliter la pose des garde-corps. Leurs montants verticaux s’emboîtent dans les tubes des platines pour ceinturer tout le bâtiment au ras de la façade. Cela assure la sécurité des hommes lors de la pose des Thermoprédalles du plancher haut mais permet, aussi, d’installer les prémurs de l’étage supérieur en laissant les gardes corps en place.

Si le gain de temps et le renforcement de la sécurité est confirmé, le bilan final n’est, toutefois, pas complètement satisfaisant. La raison ? Trop d’éclats de béton au niveau des trous de fixation des platines nécessitant des reprises de finition. Alors, faut-il abandonner cette piste ingénieuse ? Pas certain. “Une solution serait de donner aux douilles d’accueil des prémurs une forme oblongue afin d’augmenter le jeu latéral et horizontal et de faciliter, ainsi, l’ancrage des platines, suggère Gilles Serpillon. Une autre évolution, si les calculs sur les efforts à l’arrachement le confirmaient, serait de ne mettre qu’une seule fixation.”

 

Des prémurs XXL pour la chapelle

Les prémurs de la chapelle, située en rez-de-chaussée en retrait de la rue, sont également remarquable. D’une double hauteur - 7 m 50 pour une épaisseur 30 cm - ils incorporent les portes mais aussi les vitraux originaux de la chapelle historique, démontés et conservés, grâce à des mannequins en forme de voute dimensionnés précisément selon les côtes fournies par Eiffage Construction.

 

Des Thermoprédalles® renforcées

L’ensemble des façades - prémurs sur rue et béton banché sur cour - étant isolé par l’intérieur, la prescription de Thermoprédalles® KP1 s’est imposée pour assurer l’isolation thermique à la liaison plancher / mur périphérique. “La raison de ce choix tient aussi à l’installation de cabines de salle de bain HVA préfabriquées par Eiffage Industries et posées à leur emplacement exact à l’avancement ", complète Clément Robillard. "Compte tenu de leur volume, de leur poids de 2 tonnes et de leur positionnement, nous ne pouvions pas venir coffrer un plancher traditionnel, en mettant des tours d’étaiement au droit de la cabine. Par contre, les prédalles, en reposant de voile à voile et en prenant en compte la surface et le poids des cabines dans leur précontrainte, nécessitent moins de coffrage et d’étaiement. Dans l’ordre, nous avons posé les Thermoprédalles® et les prédalles, placé les réseaux, fait le ferraillage, implanté et réglé le mannequin définissant le décaissé nécessaire à l’installation de chaque cabine. Ensuite, nous avons coulé toutes les parties basses du plancher, puis installé la cabine qui repose sur des cales acoustiques avec une implantation altimétrique au millimètre, et fini le coulage du sol.”


La pose d’une Thermoprédalle® ne complexifie en rien le chantier. On pousse les U, installons les aciers filants et la présence des isolants n’est pas vraiment gênante.
Yenilmez Ilmaz de l’entreprise de maçonnerie sous-traitante BCR basée dans le Val de Marne (94)

 

 

Un mois par étage

La situation en centre-ville a exigé une logistique précise depuis le site de Poincy, situé à 56 km, avec un camionnage défini par le même interlocuteur KP1 et une validation trois jours avant. En moyenne, un camion de prédalles tous les deux jours et sept toupies, provenant d’une centrale béton SFB pour couler chaque plancher. Deux racks Eiffage, situés dans les futurs espaces verts, servaient de zone tampon aux prémurs et les prédalles ont toutes été posées à l’avancement. “Nous avons tourné avec un cycle d’un mois par étage, soit environ 1 400 m² de plancher. Une bonne cadence avec une équipe de 4 pour les prédalles et 5 à 6 compagnons pour les prémurs et les voiles béton », détaille Clément Robillard.

 

Des joints pris en charge par KP1

Un dernier point fort du chantier tient à l’attention particulière portée à la réalisation des joints. Les prédalles thermiques ou standard ont été calpinées de façon à avoir un maximum de joints tombant au droit des cloisons séparatives SAD de 12 cm avec isolant entre logements, afin qu’ils soient invisibles.
De plus, une fois les planchers chargés et les cloisons installées, KP1 a fait réaliser, via une entreprise de son réseau national d’applicateurs experts, le traitement des joints des prédalles dans les pièces sans faux-plafonds, en s’engageant sur la qualité de mise en œuvre, une esthétique parfaite, avec une garantie contractuelle de parfait achèvement.

 

Fiche technique

  • Maitre d’ouvrage :  Association Monsieur Vincent
  • Maître d’ouvrage Délégué : Paris Habitat OPH
  • AMO HQE : Ailter, Chaville
  • Architectes : Arodie Damian Architectures, Paris
  • Entreprise générale : Eiffage Construction Habitat IDF
  • Entreprise cotraitante : Eiffage Energie Tertiaire IDF
  • Démolition : 5 192 m²
  • Surface (SDP) créé : 11 055 m²
  • Hauteur : 26 m